Vous êtes consultant et vous avez peur de l’échec ? Lisez ça !

 

Est-ce que vous partiriez nager avec des boulets accrochés à chaque pied ?

Je suppose que non, à moins que votre but ne soit pas de nager mais de couler.

C’est pourtant ce que font un grand nombre de consultants face (entre autre) à la prospection client : ils prospectent, enfin essayent, alors qu’ils ont de nombreux freins comme le rapport à l’argent, la confiance en eux, la peur de l’échec, etc…

Aujourd’hui je ne vous parlerais que de l’un d’entre eux : la peur de l’échec.

Vous êtes consultant et vous avez peur de l’échec ? Lisez ça !

Pour vous expliquer à quoi cela ressemble je vais vous donner un exemple que je connais bien : le mien.

Ceux qui me suivent depuis un certain temps se souviennent peut être que j’avais annoncé des formations et des cours en ligne en 2016, puis en 2017, et rien…

Ce rien est la conséquence directe de cette peur de l’échec, et plus particulièrement le perfectionnisme.

Des formations j’en ai préparé quelques unes. J’ai fait les slides, j’ai fait des enregistrements vidéo, et… ça ne me convenait pas, donc tiroir…

J’ai beaucoup d’autres exemples qui me viennent en tête, à propos de certains de mes clients, des histoires où certains :

  • prospectent, trouvent des prospects et… ne les rappellent jamais
  • ont eu une expérience désagréable lors d’un entretien client et qui depuis n’en font plus
  • n’arrivent pas à choisir avec quels clients ils aimeraient travailler

Ces exemples dans la vie professionnelle d’un salarié ne sont pas catastrophiques, par contre quand cela s’applique à la vie professionnelle d’un indépendant, ça le devient.

Je vous parlais dernièrement du manque de temps, c’est ici la même chose, si vous avez peur de l’échec vous pouvez toujours en apprendre plein sur le marketing ou la vente, vous n’enlevez pas ce qui vous bloque (ou vous ralentit).

QUELQUES SIGNES QUI NE TROMPENT PAS

Voici quelques signes qui vous montrent que vous avez certainement peur de l’échec dans le contexte de la prospection (ou dans un autre d’ailleurs) :

Vous remettez souvent au lendemain

La procrastination est un classique, tant que vous ne faites pas il ne peut pas y avoir d’échec, logique imparable.

Vous ne passez pas à l’action parce que ce n’est pas encore suffisamment prêt

Ca c’est du perfectionnisme, ce que vous faites doit être parfait sinon c’est un échec, et ça ce n’est pas concevable !

Vous avez déjà raté un entretien et vous pensez maintenant que vous êtes nul

C’est ce qu’on nomme hypergénéralisant, vous vous êtes forgé une croyance solide.

Vous êtes (très) indécis sur le chemin à suivre

Internet ? le porte à porte ? Choisir une cible, oui mais laquelle ? C’est le cas le plus fréquent que j’ai rencontré sur la peur de l’échec.

Là vous avez peur de faire un choix car vous risquez de faire le mauvais.

 

Si vous ne rentrez dans aucun de ces cas vous n’avez à priori pas peur de l’échec, en tout les cas ce n’est pas bloquant pour votre activité professionnelle (la suite risque de moins vous intéresser).

Si vous avez un ou plusieurs signes, je vous propose de vous expliquer comment lever ce frein qu’est la peur de l’échec.

Avant cela, maintenant que nous venons de voir les symptômes, voyons les effets indésirables qu’a cette peur de l’échec sur votre activité professionnelle.

 

LES CONSÉQUENCES DE LA PEUR DE L’ÉCHEC SUR VOTRE ACTIVITÉ DE CONSULTANT

Quand vous êtes consultant, coach, ou formateur, la peur de l’échec a plusieurs conséquences, ou effets indésirables (non exhaustif) :

  • vous êtes stressé, anxieux rien qu’à l’idée de devoir aller rencontrer un client potentiel
  • vous vous demandez si vous êtes fait pour être à votre compte
  • vos entretiens sont de mauvaises qualités car vous êtes dans une situation inconfortable
  • vous ne faites rien ou pas grand chose pour trouver des clients
  • vous suivez de nombreuses formations marketing ou vente qui ne fonctionnent pas pour vous
  • vous avez peu de clients alors que vous êtes compétents dans votre métier

Pour faire court et direct : pas de client > pas d’argent > pas de vie dont vous rêvez.

Tout ça parce que vous avez ces foutus boulets aux pieds !

Voici de quoi vous aider à les enlever, ou au moins apprendre à marcher avec comme si de rien n’était.

 

3 SOLUTIONS QUI MARCHENT

Avant d’appliquer une solution posez-vous ces 2 questions :

  • Est-ce que ça me gêne ?
  • Est-ce que je veux que ça change ?

Si vous répondez non à la 2ème question n’allez pas plus loin, cela serait perdre votre temps.

Ces 3 solutions peuvent être appliquées ensemble ou séparément, c’est vous qui voyez.

Vous êtes consultant et vous avez peur de l’échec ? Lisez ça !

L’échec n’existe pas

Première solution qui a de très bons résultats : changer votre vision de l’échec.

La seule chose qui existe c’est un résultat. Il correspond ou non à ce que vous souhaitez obtenir.

Edison disait, en répondant à un journaliste qui lui demandait comment il avait réussi à persévérer après plus de 10 000 échecs pour découvrir l’ampoule à incandescence :

Je n’ai pas échoué, j’ai simplement trouvé 10 000 solutions qui ne fonctionnaient pas.

Quel que soit le résultat vous n’échouez pas, soit vous avez le résultat que vous vouliez, soit vous avez éliminé une solution qui ne donne pas le résultat voulu.

Dans les 2 cas vous êtes gagnant.

Qu’est-ce qui peut arriver de pire ?

2ème solution : se représenter vraiment les conséquences d’un échec.

Pour commencer notez l’effet de ne pas avoir de client pour votre activité sur une échelle de 1 (aucun effet) à 10 (catastrophique). Mettez ça de côté, vous vous en servirez plus tard.

Maintenant, imaginez-vous lors de votre prochain rendez-vous client :

Où est-ce que c’est ? Qui est la personne ? Comment est-elle habillée ? Et vous, comment êtes-vous habillé ? Qu’entendez-vous dans l’endroit où vous êtes ? Que sentez-vous ?

Maintenant que vous y êtes, imaginez le pire entretien pour vous :

La personne est désagréable, elle vous pose des colles, elle regarde sa montre, …

Vous ne trouvez plus vos mots, vous êtes incapable d’expliquer ce que vous proposez, vous êtes malade, …

Après ce très mauvais moment, vous rentrez chez vous, quelle est la pire conséquence pour vous et votre activité qu’a eu ce mauvais rendez-vous ?

Notez cette conséquence sur une échelle de 1 (aucun effet) à 10 (catastrophique).

Reprenez votre première note, celle sur la conséquence de ne pas avoir de client, et comparez les 2.

Vous en pensez quoi ?

Passer à l’action et vous confronter

3ème solution : se confronter à la réalité

La solution la plus inconfortable, donc la plus efficace : c’est quand vous sortez de votre zone de confort que vous avancez.

Vous avez certainement quelques prospects sous le coude que vous n’avez toujours pas contactés.

Choisissez-en un, et téléphonez lui maintenant pour prendre un rendez-vous.

Pas d’excuse, pas de téléphone déchargé, pas de mais je sais qu’il ne sera pas là, il pleut dehors, une grenouille est morte au fin fond du Vénézuela et vous portez le deuil, …

Si ça ne répond pas ou que la personne ne veut pas vous rencontrer tant pis pour lui, choisissez en une autre et recommencez jusqu’à avoir un rendez-vous client.

Ce n’est pas fini !

Avant ce rendez-vous vous allez stresser et vous trouver plein de bonnes raisons pour ne pas y aller ou reporter.

Notez chacune de ces bonnes raisons sur un papier, jetez le papier et allez à ce rendez-vous !

Une fois le rendez-vous passé première chose : FÉLICITEZ-VOUS !

Si le rendez-vous s’est bien passé : demandez-vous objectivement pourquoi : qu’est-ce qui a bien été, qu’est-ce qui n’a pas été et qu’est-ce qui aurait pu être mieux.

Si ce rendez-vous n’est pas concluant : demandez-vous objectivement pourquoi : qu’est-ce qui a bien été, qu’est-ce qui n’a pas été et qu’est-ce qui aurait pu être mieux.

Une fois que vous avez fait ça reprenez votre téléphone et contactez un autre prospect pour caler un rendez-vous !

LA SUITE

Si cet article vous a été utile dites-le et envoyez-le à une personne qui pourrait elle aussi en avoir besoin, vous lui rendrez service !

A bientôt,

Eri Schön

j’aide les Coachs Professionnels perdus dans le monde de l’entrepreneuriat individuel à reprendre confiance en eux et à construire une activité à leur image.
2017-04-13T19:27:35+00:00

Partagez votre avis