Et si vous décidiez de ne plus avancer au ralenti ?!

Pour être transparent avec vous l’article d’aujourd’hui a été long, très long à sortir.

Je ne sais pas pourquoi, sans doute le sujet, mais je n’arrivais pas du tout à trouver un angle satisfaisant pour en parler.

Je choisis donc de vous en parler de la façon la plus simple que je connaisse : en vous donnant un exemple concret.

BLOCAGES, FREINS ET AUTRES OBSTACLES

Je vous ai déjà parlé des barrières psychologiques qui peuvent nous bloquer dans notre activité.

Je vous ai aussi parlé de la peur de l’échec, qui peut être un handicap quand on est à son compte.

Ces blocages, freins et autres obstacles au mieux nous ralentissent au pire nous bloquent.

Là où ça coince, à mon humble avis, c’est que nous préférons nous voiler la face et mettre ça sous le tapis.

En général nous choisissons cette solution car travailler sur ses sujets sont beaucoup plus dur que de suivre une formation sur comment utiliser Facebook ou les réseaux sociaux.

Alors que ce qui nous empêche le plus de réussir et d’atteindre nos objectifs ce n’est pas un manque de connaissance, mais bien nos blocages personnels.

Pourtant tous les jours nous sommes freinés.

QUELQUES EXEMPLES DE FREINS AU QUOTIDIEN

Je vais prendre en exemple un Indépendant que je connais (assez) bien : Moi.

Je ne suis pas différent de vous, moi aussi j’ai des freins qui m’empêchent d’être à mon plein potentiel comme entrepreneur indépendant.

Voici donc quelques exemples de mon quotidien et des petites (et grosses) choses qui m’handicape :

Rester Motivé au jour le jour

L’air de rien ce n’est pas facile et souvent je n’y arrive pas.

Rester motivé au quotidien c’est avancer et faire ce qui doit être fait.

  • C’est garder de l’entrain et de l’envie.
  • C’est vous écrire un article intéressant par semaine.
  • C’est rencontrer des gens.
  • C’est accompagner des clients.
  • C’est se prendre la tête sur comment faire pour arriver là où je veux.

Quand j’étais salarié c’était facile, je pouvais enclencher le pilote automatique de 8h à 18h, maintenant je ne peux plus faire ça, c’est ça l’indépendance.

Si je ne suis pas motivé… je ne fais rien, enfin je regarde mes séries préférées ou je joue. Je Procrastine à fond les ballons (oui je sais, c’est une expression has been mais j’aime bien !).

Faire avec mon côté Introverti

Etre plutôt introverti n’est pas un soucis en soi, mais ça peut le devenir dans le contexte de l’entrepreneuriat.

Au quotidien c’est être assez imaginatif et créatif pour trouver des solutions afin de me mettre assez en avant pour me faire connaître et en même temps rester assez caché bien au chaud et bien tranquille.

C’est par exemple pour ça que je préfère attirer à moi des clients que d’aller les chercher ou que je préfère le côté artisanal au côté industriel.

Là aussi, c’était si facile quand j’étais Manager de m’occuper de mon petit bout de jardin…

Chasser mon Syndrome de l’Imposteur

Une difficulté que je ne connaissais pas avant de me lancer à mon compte, et je m’en serais bien passé…

Franchement c’est une vraie saloperie ce truc, surtout quand nous avons à vendre le travail fait de nos petites mains.

Calmer le multipotentiel en moi

Dans le fond je crois que c’est ça le plus dur.

Dans l’entrepreneuriat individuel vous avez besoin d’un sujet spécifique pour arriver à toucher vos clients et je passe mon temps à vous le marteler tellement c’est important et primordial.

Et bien un multipotentiel c’est quelqu’un qui va être passionné par pleins de sujets, et qui les laissent tomber très rapidement dès qu’il en a fait le tour.

Tout ce qu’il ne faut pas dans l’entrepreneuriat, sympa…

Dans mon malheur j’ai de la chance, je suis de ceux qui reste longtemps (tout est relatif) sur un sujet avant de l’abandonner pour passer à un autre.

Et il en reste plein d’autres que j’avais quand je me suis lancé et sur lesquels j’ai travaillé longuement.

Mon Rapport à l’argent, à la Réussite et à la Vente de ce que je fais.

Mon Perfectionnisme et mon Indécision dans certains contextes.

Mon Organisation, mes Méthodes de Travail et ma Gestion du Temps.

ET POURTANT ÇA VA BIEN !

Autant vous dire que j’ai de sacrés boulets aux pieds, et pourtant je suis heureux dans ce que je fais.

Pourquoi ?

Parce qu’on a tous des boulets, la différence est dans ce qu’on en fait et comment on prend les choses.

Soit vous les laisser vous bloquer complètement et vous baissez les bras.

Soit vous faites avec, en les passant et même en les utilisant.

Moi par exemple j’en ai passé certain en étant accompagné et soutenu, et d’autres m’ont permis de voir les choses autrement et d’être plus créatif.

A mon avis l’important c’est d’accepter le fait qu’il n’y a rien de bizarre à rencontrer des obstacles personnels, et que vous ne les ferez pas totalement disparaître.

Et une fois de plus, c’est à vous de décider de changer les choses, ou pas…

ET VOUS QU’EST-CE QUI VOUS FREINE AU QUOTIDIEN ?

Bon, j’ai partagé avec vous les différentes choses qui me freinent, c’est maintenant à votre tour.

J’ai 3 questions à vous poser :

la première : Est-ce que mon quotidien vous parle ?

La deuxième : Est-ce que vous rencontrez vous aussi ce genre de blocages au quotidien ?

La troisième : Si oui, comment ça se manifeste dans votre quotidien ?

À bientôt,
Eri Schön

j’aide les Indépendants perdus dans le monde de l’entrepreneuriat individuel à reprendre confiance en eux et à construire une activité qui a du sens.

2018-02-22T07:52:20+00:00

2 Comments

  1. Isabelle ROCHE 26 février 2018 at 12 h 43 min - Reply

    Hello Eric,
    Merci pour l’article. Comment te dire ? C’est tout pareil pour moi !!! Les séries (et parfois même pas mes préférées du moment que ça m’évite d’avoir à réfléchir), les jeux (dix jours que je n’ai pas joué à Candy Crush saga, je résiste !), le syndrome de l’imposteur et du coup le fait que je ne suis à l’aise dans “l’expression de mon art” que lorsque je ne fais pas payer l’autre, l’envie d’être cachée derrière mon ordi parce que c’est quand même moins angoissant que de parler à des vrais gens, surtout des inconnus, et toujours plein de projets dans la tête avec l’envie de toujours abandonner ce que je fais pour un autre, pour souvent au final ne rien faire du tout…

    Mais au fil de ces années, j’ai appris un truc, c’est qu’il faut être patient. Que si on vise des résultats immédiats, ça ne fonctionne pas, qu’il faut passer par des échecs, des imperfections, les accepter, et que jour après jour, quoique l’on fasse, les expériences s’accumulent, les compétences s’accroissent, et que de temps à autre une opportunité se présente, qu’il faut être là pour l’évaluer (et pas forcément accepter tout ce qui se présente, au risque de se sous vendre, de faire un truc pas tout à fait aligné avec ses valeurs, de perdre du temps avec des choses qui ne servent pas notre objectif, …).

    Être patient, les yeux et les oreilles grands ouverts… Voilà ce que je fais en regardant le superbe ciel bleu dehors qui me crie d’aller faire un tour plutôt que de rester là à travailler… Allez, j’y vais 😉 !

    • Eri Schön 26 février 2018 at 12 h 52 min - Reply

      Merci Isabelle pour cette super réponse ! Effectivement le ciel est bleu et le soleil brille… trop d’ailleurs, ça m’empêche de regarder la télé 🙁

      Bonne balade à toi, profite ! 😉

Echangeons !